GROUP SHOW, INTI-PUNKU

15 septembre > 15 octobre 2022

2 Av. Matignon, 75008 Paris & 5 Rue du Mail fond de cour, 75002 Paris

Présentation

INTI-PUNKU


Au loin se fait entendre le chant des muses.

par Elise Roche 
Comissaire d’exposition : Baptiste Ozenne
 
À l’origine, c’est la musique qui régit la vie de Baptiste Ozenne. Au fil du temps et de ses initiations, l’art contemporain rentre dans la ronde pour former la danse poétique qui fera résonner son monde.
Loin d’être une simple affaire d’acquisition, la vie d’un collectionneur peut devenir pour citer le poète Arthur Davison Ficke, « l’une des occupations les plus humanistes cherchant à illustrer par l’assemblage de reliques significatives la marche de l’esprit humain dans sa quête de beauté ».
Initialement marchand d’art et collectionneur, Baptiste Ozenne se fie à son instinct. De ses voyages et de ses rencontres surgissent des projets qui font sens avec ses valeurs humanistes. Sa première collaboration avec la galerie Strouk remonte à 2016. Cette année, sur l’invitation de la galerie, il officie en tant que commissaire en nous partageant sa vision de l’art par la sélection d’artistes contemporains découverts lors de ses escales.
 
Littéralement, « Porte du Soleil », Inti-Punku est la porte d’accès la plus importante de la cité Inca. À chaque solstice d’été, les rayons du soleil viennent transpercer ses enceintes. Elle est bien sûr aussi le symbole d’un passage, d’un renouvellement de soi à l’image de la galerie Strouk. L’ouverture de son espace rue du Mail nous annonce sa métamorphose. Puisqu’il est processus, tout passage est à la fois, un ici et un là- bas, une séparation et une adhésion. C’est donc impulsé par la volonté de rejoindre le récit du présent que la galerie soutient l’éclosion d’un autre rapport au monde qui dessinera les visions à venir. En franchissant cette étape et en invitant régulièrement un nouveau curateur, Strouk, dans son rôle de passeur, s’apprête à nous compter une histoire sensible et renouvelée de la scène contemporaine.
 
L’exposition présentée à l’image de la personnalité de Baptiste Ozenne est transculturelle, multiple et sensible. Malgré l’importance des clivages culturels et économiques dans le monde, les formes et les idées parviennent à voyager. Les références visuelles, culturelles et spirituelles sont dorénavant partagées et diffusées partout à chaque instant. Ce nouveau métissage du territoire donne vie au premier chapitre « Inti-Punku » dont le langage, on le verra, reste universel.
L’exposition devient tissage, tirons le premier fil.

Dans cette cité rêvée, l’espace se partage selon l’origine de ses habitants, les artistes. Le territoire africain ouvre le bal au 2 avenue Matignon avec Gideon Appah, Igwe Michael et Simphiwe Ndzube. Les corps nous font face. Un essaim de magie déferle sur la ville. Le tigre et le serpent nous enjoignent à les suivre pour représenter, en la personne de Jordy Kerwick, l’Australie. Au détour du chemin, un univers cartoonesque inspiré du pop art forge un monde rêvé, celui de l’Amérique d’Austin Lee et d’Austyn Taylor. La suite de la visite nous emmène sur le continent asiatique (Takeru Amano, Roby Dwi Antono, Vivi Cho,Jang Koal, Otani Workshop) et ses visions kawaii, presque naïves des personnages qui semblent sortir d’un manga.
Certains chants sacrés naissent de ces cohabitations à la manière du duo formé pour l’occasion par Marcella Barceló et Vincent Beaurin.
 
Continuons ce tour du monde en Iran dans l’espace 5 rue du Mail avec Mamali Shafahi. Comme un album de famille, les rangées de visages de la Norvégienne Trude Viken nous entrouvrent le rideau de l’intime.Les œuvres de l’Anglais Alexander James et de l’Ukrainienne Dzvinya Podlyashetska forment un écho : elles nous convient à une intériorité colorée, sorte de nouvel expressionnisme contemporain.
La lumière andalouse de Javier Martin nous guide vers le quartier des artistes français (Léo Caillard, Olivier Kosta-Théfaine, Prosper Legault, Anita Molinero, David Mesguich, Lou Ros, Julien Saudubray) tous singuliers dans leurs pratiques, questionnant tantôt la nature, l’image, la matière ou la cité.
 
A l’instar du poète Pierre Reverdy, on peut dire que l’art, comme la poésie « n’est intelligible à l’esprit et sensible au cœur que sous la forme d’une certaine combinaison de mots » (…). Dans notre cas, la combinaison concerne la mise en présence d’œuvres singulières, différentes (la scénographie) « qui en se fixant assument une réalité particulière qui rend l’art incomparable à tout autre. »
 
Tout voyage a un début et une fin. Dans ce musée imaginaire, émerge un goût pour les couleurs, pour une figuration qui évoque les mythologies, l’écologie et le lien entre les êtres.
 
« Poussez la porte, le soleil est à l’intérieur »  (Paul Nougé, 1925)


Artistes:

APPAH Gideon 
BARCELÓ Marcella 
BEAURIN Vincent 
CAILLARD Léo 
CHO Vivi 
DZVINYA Podlyashetska 
IGWE Michael
JAMES Alexander 
KERWICK Jordy 
KOAL Jang 
KOSTA-THÉFAINE Olivier 
LEE Austin 
LEGAULT Prosper 
MARTIN Javier 
MOLINERO Anita 
NDZUBE Simphiwe 
OTANI Workshop 
ROBY DWI Antono 
ROS Lou 
SAUDUBRAY Julien 
SHAFAHI Mamali 
TAYLOR Austyn 
TRUDE Viken 
VAN DER MEULEN Valentin



LIRE PLUS

Visuels

SUIVRE CET ARTISTE

GROUP SHOW

En partageant vos données, vous acceptez nos conditions générales d'utilisation et nos mentions légales.


CONTACT | MENTIONS LÉGALES
COPYRIGHT © 2021 STROUK GALLERY